mercredi 30 septembre 2009

Parution de la semaine - 15 Septembre 2009

Un cougar patriotique

Vous savez-quoi ? Je vais encore vous parler de Rock instrumental/expérimental aux touches électro avec des influences de Tortoise, Fridge et Explosions in the Sky pour faire changement ! Cougar, quintette qui n'a rien à voir avec Cougarettes, est une autre formation Américaine, cette fois du Wisconsin et ça éclate de tout bord tout côté, mais tout en douceur, un peu à l'image de la pochette !

Cette jeune formation en est à son deuxième album avec Patiot, mais je dois avouer que cette fois, il n'est pas fait comme tous les autres du genre. Les pièces ne s'éternisent pas comme c'est la coutume dans le genre et par moments, on croirait entendre la formation The Bad Plus tellement que certaines compositions transpirent le Jazz. Ses structures et les rythmes syncopés à la sauce breakbeat électro en font un chef-d'oeuvre digne d'être signé chez Ninja Tune, chose rare pour une formation qualifiée de Math-Rock !

Dire qu'on croit avoir tout vu et tout entendu lorsqu'il est question de ce créneau musical et voilà qu'un groupe arrive à nous surprendre une fois de plus. Fait plutôt surprenant de la part de membres si jeunes, il faut admettre qu'ils sont de très bons musiciens et que tout porte à croire qu'ils sont dotés d'une bonne culture musicale pour créer un album aussi magnifique ! Faut comprendre qu'il ne faut pas se fier à l'âge lorsqu'il est question de créativité et de talent. 8.5/10

Vidéo de la pièce Stay Famous qui ouvre le bal de leur dernier opus

dimanche 27 septembre 2009

Parution de la semaine - 8 Septembre 2009


Une voiture de luxe qui est de la musique à mes oreilles ?!

Maserati, un autre groupe de l'état de Georgie, originaire de la ville d'Athens plus précisément, qui fait de la musique Rock-expérimentale un peu psychédélique, c'est à se demander ce qu'il y a dans l'eau dans cette ville ! C'est vrai, j'avoue que je suis accro à tout ce qui ressemble de près ou de loin à la fusion entre le Rock, le Jazz et l'électro à la Tortoise, mais c'est tellement bon pour les oreilles et faire travailler la matière grise !!

Le quatuor nous revient avec un huitième album (si on compte les remixes) en autant d'années d'existence. Sur Passages, nous retrouvons des pièces très inspirées, mais avouons-le, la pochette n'est pas représentative de ce qu'ils font. On croit avoir affaire à une formation Métal, mais ne vous méprenez pas, puisqu'il est question de structures beaucoup plus subtiles et profondes.

On brise la monotonie que le genre Post-Rock peut facilement créer en nous changeant la dynamique grâce à des remixes habilement disposés à travers notre parcours, des pièces principalement en provenance de leur album éponyme de 2007. Un album qui ne révolutionne pas le genre, mais qui a le mérite d'être efficace et énergique. 8/10

La pièce Inventions (en version originale) directement de Georgie !

lundi 21 septembre 2009

Parution de la semaine - 1er septembre 2009

Un Jazz à la fois contemporain et expérimental

Robert Glasper, ce drôle de Texan, pianiste exceptionnel et versatile compositeur nous offre son quatrième effort en nous démontrant les deux facettes de son art avec son dernier album Double Booked.

Tout d'abord, la première moitié de l'album se concentre sur son amour pour le Jazz contemporain pur et dur, post-bop à souhait, en format trio accompagné par Vinscente Archer (basse) et Chris Dave (batterie) pour les 6 premières pièces.


Ensuite vient son côté plus expérimental aux accents Hip-Hop entouré de Casey Benjamin au saxophone et vocoder, Derrick Hodge à la basse, Dave encore aux percussions et mettant en vedette Mos-Def.


Ça peut sembler un peu disparate, mais dans les faits, le tout s'enchaîne avec une fluidité peu commune. Preuve de plus que le Jazz et la musique urbaine peut cohabiter facilement jusqu'à en conclure des liens de parenté évidents. 7.5/10

Un extrait de ce qu'ils peuvent faire ensemble, bonne écoute !

mercredi 16 septembre 2009

Parution de la semaine - 25 Août 2009

Plus d'autres histoires seront dites ce soir, j'suis d'ésolé, elles se sont effacées, plus d'autres histoires, le monde est gris, j'suis fatigué, effaçons-nous...


Mew, ces Danois nous reviennent avec un 5e album et presqu'autant de maxis à leur actif. Ils nous ont concoctés, une fois de plus, une mixture de Rock Spacial aux mélodies Pop vaporeuses et parfois sombres. Avec un titre qu'on a de la difficulté à dire d'un souffle : No More Stories / Are Told Today / I'm Sorry / They Washed Away / No More Stories / The World Is Grey / I'm Tired / Let's Wash Away.


Aux premières notes de l'album, on est assaillis par une dense vague sonore, comparable à écouter un disque des Pet Shop Boys à l'envers sur l'acide ! Un peu plus tard, c'est des sonorités similaires à Smashing Pumpkins, Malajube ou Radiohead, Livrées avec une voix aigüe et des harmonies vocales réussies.


Tous des liens de parenté familiers avec des envolées aux touches progressives semblables à celles de Pink Floyd ou Mercury Rev, très riche au niveau instrumental. Ils réussissent à nous surprendre piste après piste, avec les variations des pièces elles-mêmes et nous tiennent en terrain inconnu, captivés par des moments très fort avec des pièces comme : Hawaï, Silas the Magic Car et Reprise. 8/10

La pièce New Terrain en prestation

mardi 15 septembre 2009


Douces notes dans l'air !


Pour démontrer la versatilité de cet artiste ayant participé à autour d'une vingtaine d'enregistrements, je vous énumère ses implications les plus marquantes et certains moins connues et qui méritent de l'être davantage. Voici quelques projets dans lesquels elle a apporté son talent : Lhasa, Martin Léon, Patrick Watson, Arcade Fire, Rodéoscopique, Antonio, Le Maï-Taï Orchestra, Chloé Sainte-Marie et j'en passe, sinon ça n'en finirait plus !

Quelle violoncelliste, mais surtout quelle présence sur scène cette énergique femme ! En plus du projet sous le pseudonyme de Magnolia, il y eût 2 albums parus sous son propre nom, sur étiquette Ambiance Magétique.


En 2003 parait Puce à L’Oreille avec l'appui de Charles Papasoff, Johane Hétu, Bernard Falaise et Guy Thouin. Au printemps 2004, sort le Décor Sonore, où elle s'est entourée de Jean- Sébastien Cyr, son fidèle acolyte aux traitements sonores, Simon Meilleur au bruitage, Lori Freedman aux clarinettes, Antoine Berthiaume aux guitares et Martin Léon à la voix, elle nous partage sa vision et son interprétation de son environnement sonore.









Magnolia
se concrétise avec l'aide de Justin Allard, Guido Del Fabbro, Mario Légaré et Rick Haworth, lequel agit aussi comme réalisateur de l'album qui paraît fin mars 2007.




Entrevue intégrale en balado avec extraits de son album éponyme !

Nous l'avons attrapée avant son spectacle avec Martin Léon dans le cadre du FME à Rouyn le 3 septembre 2009. D'où elle a eu la gentillesse de se prêter à notre jeu, elle s'est même livrée avec une grande franchise et en toute simplicité pendant notre petit entretient. C'est avec un plaisir qu'on vous présente l'essentiel de notre discussion à notre capsule vidéo.
Bonne Écoute !

jeudi 10 septembre 2009

Parution de la semaine - 18 août '09

Un millier de souverains ou de papillons ?

Une sonorité angoissante, du rock sombre à la manière d'Interpol, sur un véritable mur de guitares et de claviers lourds. Des textes imagés, un peu lugubres, parsemés de cris disjonctés. Dit comme ça, c'est sûr qu'on peut avoir peur, mais le tout n'est vraiment pas dépourvu d'harmonies, bien au contraire, on y retrouve des pièces un peu plus légères, comme sur L'immense l'Arme et Arbre.

Avec Mille Monarques, il plane une atmosphère globalement intense, tendue, poignante et mélodramatique. La touche new-wave de la pièce Rouge chantée par Annie Rousseau, l'apport féminin de la formation, change du timbre de voix de Mathieu Denoncourt et donne une autre dynamique au collectif. L'approche est empreinte de folie et de détresse émotionnelle, qui fait penser à Thee Silver Mt. Zion pour le côté Post-Punk et Malajube pour la densité des arrangements. 8/10

La pièce Cerf-Volant de l'émission Baromètre à l'antenne de Vox

lundi 7 septembre 2009

Le FME et l'Abtibi, ça change une vie !


Ah le FME et l'Abitibi, ces gens là savent vraiment recevoir... De la bonne bouffe, de la bière comme c'est inimaginable, un décor enchanteur, le tout en bonne compagnie, que demander de plus ! Je garderai de merveilleux souvenirs de Rouyn, quelle belle expérience ce fût, une des plus belles de ma vie et de loin ! À mon avis, nous en sommes ressortis non seulement grandis, mais aussi ressourcés.

Pour des raisons de logistiques et techniques, nous n’avons pas été en mesure de voir tous les artistes prévus, mais une grosse majorité, soit 14/18 entrevues planifiées. À l’inverse de mon réservoir d’essence, nous avons fait le plein de matériel à vous présenter pour les prochaines semaines, voire les prochains mois, qui sont bien sûr agrémentés de photos et d'extraits de spectacles à couper le souffle !


On parlera entres autres avec Mélanie Auclair (Magnolia), Elisapie Isaac (Taima), Cougarettes, Malajube, Martine Groulx (Camaromance), For Those About to Love, Le Matos, Pax Kingz, Feathership et plus encore !
On a eu recours à un troisième membre qui a collaboré de très près avec Jslin et moi, Jean-Michel nous a prêté main forte pour êtres en mesure de faire une couverture médiatique adéquate de ce beau festival. Merci J-M pour les fantastiques images, ton travail acharné et pour ta belle énergie ! Bon, maintenant passons aux choses sérieuses : Les meilleurs moments du FME selon Les Frères du Son.

Loin d'être à court de bon matériel pour cette 7ème édition du festival, il a été plutôt difficile d’en faire une sélection.
Côté prestations, c’est pas le choix qui faisait défaut, on en a manquées plusieurs, il fallait choisir, faute de temps et de ressources (il aurait idéalement fallu se téléporter de salles en salles, sinon se diviser en 2)…

Pour le meilleur show, mon choix est sans grande surprise, mais ils sont tellement talentueux et ils s’amusent tant sur scène, que c’est évident qu’on ne pouvait faire autrement qu’apprécier. Sans contredit, Patrick Watson et sa bande nous ont offert toute une représentation, accompagnés d’une section à cordes cette fois-ci. C’est impossible de se lasser de cet artiste qui se réinvente constamment, et qui réussit toujours à me surprendre. Un concert offert dans la très sympathique et efficace salle du Paramount.


Faut vraiment les voir pour comprendre pourquoi ils sont mon coup de coeur. J'adore leur musique sur disque, mais le concert jette littéralement sur le cul. Ces gars (et cette fille), sont absolument époustouflants, tellement dramatiques et théâtraux que c'est à se demander s'ils sont sains d'esprit. Clues ont littéralement cassées la baraque au Cabaret de la Dernière Chance tard, tard le vendredi et samedi soir. Une chose est sûre, ils m'ont cloués le bec !


À mes yeux, une des meilleures entrevues que nous ayons eût depuis nos débuts s'est fait en compagnie de Martin Léon. Grosse discussion réfléchie et profonde au menu qu’on a hâte de vous présenter d'ici peu, puisqu'elle est dans les premières réalisées. Je vous en dis pas plus, mais lui-même est resté étonné des questions et de ses réflexions, toute une belle discussion !

















Ma rencontre coup de cœur : Thus:Owls, une de mes découvertes du festival. Première entrevue en anglais avec Erika Alexanderson, principale protagoniste de la formation Suédoise dans laquelle se retrouve aussi le guitariste de Watson : Simon Angell avec qui j'ai pu parler français. Une autre entrevue qui vaut vraiment la peine d’être vue, mais qu’il faudra patienter un peu avant qu’elle soit diffusée.


La formation qui s'est le plus illustrée, qui n'y est vraiment pas allée avec le dos de la cuillère, tant au niveau de leur prestations que de l'énergie déployée en entrevue. Random Recipe ont littéralement fait lever la sauce samedi sur la petite scène du Groove qui s'est vite surpeuplé. Ils ont fait une apparition surprise chez Morasse, la pataterie du coin, en fin de soirée, créant tout un émois dans l'endroit achalandé qui s'est rapidement retrouvé bondé, grâce à leur prestance survoltée remplie de vibrations positives, même deux fois plutôt qu'une, puisqu'ils ont faits quelques rappels au public qui en redemandait !
Restez branchés sur le www.lesfreresduson.com pour les entrevues disponibles en balladodifffusion et web télé de notre spécial FME. La surprise du festival sera dévoilée dans les prochains jours et l'entrevue avec Mélanie Auclair suivra très bientôt. Plein de belles choses vous attendent dans les semaines à venir, c'est à ne pas manquer !