mardi 26 janvier 2010

Les Frères du Son Rencontent : CLUES


On a eu la chance et le plaisir de parler avec Alden Penner, un des membres du groupe Clues et ex-membre des Unicorns. Il nous parle des circonstances entourant la fondation du groupe et de leur relation avec l'étiquette de disque Constellation. Il nous raconte les différents conditions d'enregistrement de l'album. On aborde aussi comment il se sent face à se faire associer au son et la scène musicale Montréalaise. On vous fait entendre les pièces Approach the Throne, et You Have My Eyes Now pour notre volet en baladodiffusion de notre rencontre.

Version intégrale de notre entrevue avec Clues


On s'entretien sur la manière que la création prend forme dans la formation, ses influences musicales et ses découvertes du moment. On parle des différentes villes et des différents lieux où ils ont joués qui les ont les plus marqués. Il est question des motivations et la philosophie derrière l'étiquette de disque indépendante Vila Vila Nola, fondé par Brendan Reed, également membre du groupe. Alden nous parle aussi un peu des prochains projets qui sont à l'horizon et des prestations à venir pour Clues et on apprend dernièrement qu'ils considèrent déjà à débuter l'écriture du prochain album.

Multi-instrumentistes, les musiciens s'échangent couramment de rôles pendant leurs prestations, ce qui donne toute une dynamique au spectacle. Déjà que leur musique est très contrastée et tout en relief, ça amplifie l'expérience ! Définitivement un des shows les plus marquants du FME de 2009. On vous a sélectionné des séquences de cette fameuse prestation qui a eue lieu au Cabaret de la Dernière Chance à Rouyn.

Condensé de l'entrevue avec extraits de prestation


BONNE ÉCOUTE !


lundi 25 janvier 2010

Les Frères du Son Rencontent : Patrick Watson


On a eu le plaisir de parler avec Patrick Watson à son passage en Abitibi pour le FME09. On parle de l'enregistrement de Wooden Arms, plus récent album du groupe, qu'ils ont en partie enregistré en Islande. On lui apprend qu'un site lui est dédié, Watsonia, qui à été mis sur pieds par des fans invétérés et on lui demande à quoi ressemble la sensation d'avoir autant d'impact chez les gens. Pour notre volet audio, on vous fait entendre les pièces Giver et Beijing pour venir compléter notre entretien.

L'intégrale de l'entrevue en Baladodiffusion


Côté prestation, nos attentes étaient très hautes, surtout après les avoir vus au gros événement du Festival de Jazz un peu plus tôt, mais elles ont étés largement dépassées. Disons seulement que l'ambiance et l'accueil du Nord n'avait rien à voir avec la froideur de l'île cosmopolite de verre et de béton. Les gens étaient très réceptifs, respectueux et participatifs, dans la petite salle intime du Paramount, ça change de l'immensité, l'indifférence et l'insensibilité de la foule du spectacle gratuit au Jazzfest l'été dernier. Il nous dit comment le concept du concert extérieur sur la scène du festival a pris forme et de ses réactions face à cette mer de gens.

Il nous fait comprendre sa démarche artistique, ses motivations, ses préférences en création et ses plus beaux moments de carrière. Son initiation à l'art et la musique, de ses débuts à aujourd'hui, un bout de son cheminement qui l'a amené où il est actuellement. Finalement, il nous permet d'entrer dans sa bulle en nous confiant une partie de sa philosophie de vie et de ses expériences à voyager un peu partout dans le monde avec leur musique.


L'essentiel de l'entrevue avec des extraits de prestation


BONNE ÉCOUTE !

dimanche 24 janvier 2010

Bilan Culturel 2009


Ceci ne se veut nullement un palmarès, seulement une énumération de musique qui m’interpelle. Certains artisistes qui ont attirés mon attention cette année. Évidemment j'en oublierai sur cette liste ou j'ai eu à faire certains choix, sinon la liste serait interminable.

Albums de l’année

- Yonlu - A Society in Which no Tear is Shed is In conceivably Mediocre

- The Herbaliser – Band Session 1 & 2
- Prefuse 73 - Everything She Touched Turned Ampexian
- Tortoise – Beacons of Ancestorship
- Joshua Reman – Compass
- Au Revoir Simone – Still Night, Still Light
- Dan Deacon – Bromst

- Evangelista – The Prince of Truth
- Patrick Watson – Wooden Arms

- Animal Collective - Merriweather Post Pavillion


Mentions honorables: Volcano Choir, The Flaming Lips, Health, Telefon Tel Aviv, Flat Earth Society



Maxis (EP) de l’année :

- Monogrenade : La Saveur des Fruits
- Cougarettes – Milk Fangs

- Animal Collective – Fall Be Kind



Chansons de l’année
- Give In de 4hero interprétée par Avanna Witter-Johnson
- My Girls - Animal Collective
- Approach the Throne - Clues
- Island, IsVolcano Choir
- New Terrain - Mew

- There is No LightWildbirds & Peacedrums

- You Are Jaguar - Evangelista

- Knight Of WandsAu Revoir Simone

- 040908 814am - Monogrenade

- Your Money Or Your Life (The Comet) - The Paper Chase



Spectacles de l’année


- Joshua Redman – En version double trio (PDA salle Maisonneuve)
- Belà Fleck & Toumani Diabaté (PDA salle Maisonneuve)
- Berut/The Dodos/Artist of the Year (Métropolis)

- Terracine/Welwitschia (Téléphone Rouge, Sherbrooke)
- Do Make Say Think/Years/
The Happiness Project (Sala Rosa)
- Clues – FME (Cabaret de la Dernière Chance, Rouyn)
- Sharcut (Lancement d’album @ Lion D’Or)
- Zack Hill/Pattern Is Movement/Themselves (Sala Rosa)
- Héliodrome (Maison de la Culture Maisonneuve)
- Cougarettes – MEG (Divan Orange)


Mentions honorables: aKido, Alexandre Désilets accompagé par Sharcüt, Émilie Proulx, Patrick Watson et le FME au grand complet !

Découvertes musicales ou culturelles de l’année:

- Black Mold
- Vic Chesnutt

- Les Païens
- John Metcalfe (merci @ Martin)

- Mathématique
- Evan Parker (merci @ Jean-Loup)

- Thus:Owls

- Bibio
- Yppah (merci @ Claude Rajotte)

- Alarm Will Sound


Compilations de l’année :

- Électro - 5 Years of Hyperdub

- Indie - Dark Was the Night

- Jazz - Nu Ballads 6



Bande Originale de Film de l’année :

Where the Wild Things AreKaren O & the Kids

Films de l’année:

- Where the Wild Things Are
- The Soloist

- District 9
-
The Imaginarium of Doctor Parnassus

- An Education

…et j’espère aller au cinéma voir :


- Alice in Wonderland

- Gainsbourg – Vie Héroïque

- Tron Legacy
- Prince of Persia : The Sands of Time
- Iron Man 2


…en 2010, j’attends ou j’espère un album de :


- Jaga Jazzist - One-Armed Bandit (26/01)

- Yeasayer – Odd Blood (9/02)

- Frightened Rabbit – The Winter of Mixed Drinks (9/03)
- Jonsi Birgisson (chanteur de Sigur Ros) – Go (23/03)

- Angus and Julia Stone – Down the Way (30/03)
- 4d

- Thee Silver Mount Zion

- 13 & God

- Grinderman

- Misteur Valaire

Bonne année culturelle 2010 !

Parution de la Semaine - 29 Décembre '09

Ça rue dans les brancards en Australie !

An Horse, c’est un duo de Rock-Folk Australien formé par Kate Cooper au vocal et Guitares et Damon Cox aux percussions et à la voix. Leur album est paru un peu tard sur le marché du disque Canadien, puisqu’il est paru depuis le mois de Mars sur le marché Américain et Décembre 2008 en version numérique. Comme ce qu’ils font méritent amplement d’être entendu, j’ai décidé que même si j’étais passablement en retard sur les nouvelles, j’allais en faire mon choix de la semaine. Le choix était simple, puisque dans le domaine du disque, lorsque le temps des fêtes arrive, rares sont les parutions valables.

Kate a une voix qui fait un peu penser à Karen O des Yeah Yeah Yeahs ou d'Emily Haines de Metric, toute en harmonies avec celle de Damon. Des paroles honnêtes et directes, qui parlent d'espoir, de relations affectives et de solitude, d'une manière naïve et lucide et qui transpire de sensibilité. Ils font dans le genre d'ambiances vibrantes, énergiques, des émotions à fleur de peau, d'une manière passionnée, intense et remplie d'affirmation de soi.

Des riffs de guitares répétitifs à la manière d'Interpol, mais d'une façon qui étonne. Des structures rythmées, accrocheuses, efficaces sans tomber dans la facilité, avec juste assez de Rock percutant pour ne pas tomber dans le kétaine (un peu moins convainquant sur Listen, selon-moi). Un album avec des moments très forts, comme pour les pièces Company et Little Lungs, qui pour ma part, me font beaucoup vibrer. 8,5/10

Vidéo de Camp Out, 1ère pièce de l'album Rearrange Beds

samedi 23 janvier 2010

Parution de la semaine - 22 Décembre '09

Mon coeur bat comme un tambour, soi naturel !

Natural Self, c'est le projet de l'Anglais Nathaniel Pearn, qui a s'est fait la main en confectionnant des beats pour Public Enemy en gardant ses horizons ouvert, un peu plus tard, avec l'écoute de DJ Shadow et Krush. Bon ami avec Nostalgia 77, signé par l'étiquette britannique Tru Thoughts, il a su bien s'entourer pour mener à bien ses créations.

Sa dernière parution, My Heart Beats Like a Drum, est loin d'être le disque de l'année, mais c'est le mieux qui sort si proche du temps des fêtes. Encore chanceux d'avoir une parution digne de mention, c'est loin d'être le cas tous les ans ! Loin d'être mauvais par contre, c'est que je suis particulièrement sévère dans ce créneau. Faute d'avoir pu mettre la main sur un vidéo adéquat, je vous ai mis un lien pour découvrir plein de bons groupes, un vrai coffre aux trésors, si vous ne connaissez pas déjà, arrêtez tout et allez voir !

Écoutez sa station pour entendre les sélestions du DJ

Côté sonorités, ça groove, c'est lounge à souhait, ça donne une bonne ambiance générale, remplie de bonnes touches Hip-Hop, Soul et funky à l'os ! Ensoleillé, festif, mais les pieds sur terre au niveau des textes. Il a un bon sens de la polyrythmie et des structures qui nous font accrocher servies avec une bonne dose d'électro avec différentes musique du monde. On sent des soupçons de Jive et Swing à travers ses pièces.

Une écoute qui est agréable en bout de ligne, mais qui a certaines faiblesses au niveau du vocal par bouts. Faut dire que c'est bien fait dans le genre, mais que cet album ne réinvente rien. C'est pas un chef-d'oeuvre, mais son effort est valable, ses bonnes influences et son groove, indéniables. 6.5/10

jeudi 21 janvier 2010

Parution de la semaine - 15 Décembre '09


Animal Collective, ce quatuor Américain originaire du Maryland réussis toujours à me surprendre. Après avoir fait paraître leur excellent album encensé par toutes les critiques, Merryweather Post-Pavilion, un peu plus tôt cette année, les voilà déjà de retour avec du nouveau matériel et une autre bonne brochette musicale sur leur maxi Fall Be Kind.


Toujours aussi hypnotiques et expérimentaux les enregistrements de ces jeunes hommes. Une chose est sûre, ils ont vraiment réussis à trouver une approche qui leur est propre et qui se distingue du lot, même si beaucoup de groupes ont suivi leurs traces depuis. Une des meilleures recettes entre la Pop accrocheuse qui rencontre le psychédélisme, appuyés par des influences et des expériences artistiques profondes et variées.
Ça s'entend que les gars ont su en tirer profit pour nous inventer une étrange et fascinante mixture sonore. Quel EP, une chance qu'il est paru en Décembre, puisque la grande sécheresse s'annonçait longue ! Une écoute qui nous fait sentir un éventail d'émotions et qui, par son statut de maxi, nous laisse sur notre appétit. 8/10

Brothersport et son atmosphère bizarrement enjouée

lundi 18 janvier 2010

Parution de la semaine - 8 Décembre '09

Gainsbourg, Beck et... Ferland ?!

Que dire qui n'a pas encore été dit au sujet de cette nouvelle collaboration, Charlotte Gainsbourg avec Beck cette fois là. On s'attendait à n'importe-quoi avec ces 2 grands noms, pour ma part, j'ai été surpris du résultat. À la première écoute, disons que je ne savais pas trop quoi y penser, mais c'est un de ces albums avec lequel ça prend une période d'apprivoisement. C'est généralement bon signe d'être dérouté et de se demander si on a aimé ou non, mais j'avoue qu'avec le recul IRM est un très bon disque.

De somptueuses ballades en passant par des sonorités beaucoup plus éclatés que j'aurais pu m'imaginer, des moments plus introspectifs et d'autres plus exubérants, avec Beck en back vocal, que demander de plus ! C'est sûr qu'on reconnait la touche de ce maître du groove, mais il a conçu quelque une sonorité sur mesure pour madame Gainsbourg. C'est aussi très intéressant d'entendre leur version du Chat du Café des Artistes, le classique de Jean-Pierre Ferland, qu'ils revisitent avec le plus grand des respects. Où et comment Beck a connu Ferland, c'est quelque chose que j'aimerais bien savoir.

Après le 5:55 réalisé par le groupe Français Air, la barre était déjà haute et on s'avait bien que le résultat allait être complètement différent avec Beck. Finalement, le nouveau est tout aussi efficace et il n'a rien à enlever ni à envier à son prédécesseur, puisqu'ils sont tous les deux dans une catégorie à part. Riche en instrumentation avec des arrangements très recherchés et un peu éthéré, où on a souvent l'impression de se retrouver comme dans un état second. Un périple éclectique, un voyage remplis de rebondissements où l'on ne sait jamais à quoi s'attendre d'une pièce à l'autre. Un écoute que l'on aime recommencer pour réentendre toutes les subtilités et les variantes qui font en sorte qu'on ne se lasse pas rapidement, une oeuvre comme il s'en fait trop peu. 9/10

Le clip de la pièce Heaven can Wait


mercredi 6 janvier 2010

Balado des Frères du Son édition Janvier 2010


Pour la première émission de l’année, on inaugure des nouvelles capsules toute fraiches et d’autres que vous reconnaitrez. Si vous ne le savez pas encore, notre site officiel est en ligne le 24 janvier et notre compilation de pièces inédites sera offerte en téléchargement gratuitement pour souligner l’occasion et ça n’attend que de se rendre à vos écrans.



Un Petit Goût de Boulimie

Pour cette sélection des Parutions de la Semaine, publiés ces derniers mois sur mon blogue, on vous fait entendre Bibio et la pièce Bones & Skulls de l’album The Apple and the Tooth, s’enchaîne BEAK> avec leur pièce Iron Acton, pour terminer avec tUNE-yARDS et la pièce Safety du disque Bird-Brains. Vous pouvez en savoir plus sur les artistes mentionnés à cette capsule, des chroniques leurs sont dédiés un peu plus bas.

Une Note Vaut Mille Mots

Pour cette première édition de notre capsule d’Une Note Vaut Mille Mots de 2010, on a décidés d’aller puiser dans nos légendes locales pour vous présenter un groupe mythique de la maison de disque Constellation.


La formation Montréalaise Godspeed You! Black Emperor a crée 5 albums et un maxi de 1998 à 2002 et a réussis à laisser toute une marque dans le monde de la musique. Ils font un rock/expérimental souvent hypnotique, psychédélique, une musique remplie d’émotions avec une approche très orchestrale, où on entend des œuvres instrumentales de 15 minutes à près d'une demi-heure. On est complètement dans un autre monde, celui de la musique imagée et ce, dès les premières notes du groupe où on entre dans une ambiance particulière et qu’on vit une montage russe d'émotions.

C’est en 2002 que paraît Yanqui U.X.O., leur dernier disque avant qu’ils mettent le projet en veilleuse pour une période indéterminée, un an plus tard. Cette fois là, côté musique on a droit à aucune narration ni échantillons, donc entièrement instrumentale, elle est un peu plus légère et harmonieuse, voire accrocheuse, mais n'hésite pas à montrer des dents un peu plus loin. Avec une pochette où on voit des images de bombes qui tombent, accompagné d'un encart qui dépeint comment les géants du disque financent l'industrie de l'armement. Encore une fois, la route où ils nous emmènent est cahoteuse, normal étant inspirée d'un sujet et de temps sombres et créée par des gens lucides et revendicateurs. On vous fait entendre la pièce 09-15-00 (Part One).



Terre Promise - La Suède
On Inaugure cette toute nouvelle capsule Terre Promise, qui vise à vous donner un survol musical de différentes régions, pays ou villes, avec un pays Scandinave. Notre choix s’est arrêté sur la Suède, parce qu’on aime la sensation d’étrange légèreté et de grandeurs vertigineuses, une des signatures sonores des pays nordiques.


On ne peut pas parler de la musique de la Suède sans faire un hommage à un virtuose pianiste de jazz avant-gardiste qu’était Esbjörn Svensson et son trio ou E.S.T. Décédé en 2008 d’un accident de plongée, il était un visionnaire qui ne se laissait pas imposer de limites. Il osait expérimenter et n’avait pas peur d’innover. On vous fera entendre une pièce de leur dernier album Leucocyte, le meilleur opus de la formation à son apogée.

Ensuite, on vous fait tourner un groupe pop-rock aérien Loney, Dear, comparable à du Neutral Milk Hotel et Belle & Sebastian, entres autres. Mélancolique, poignant et dramatique, vibrant et stérile en même temps. Joyeux et mortellement triste, un peu comme la formule de la formation Au Revoir Simone. De belles mélodies empreintes d’introspection et de moments de solitude et toute sincérité et sensibilité. Dear John, est leur plus récent album, pas si facile d’approche, mais il s’apprivoise et se laisse apprécier avec plusieurs écoutes. Un enregistrement grandiose, mais subtil.
Un nouveau venu qui a émergé récemment, le mystérieux projet JJ et son premier album complet, JJ No.2. Un enregistrement très éclectique, qui part de tous bords, tous côtés et qui manque de linéarité, ça en fait une œuvre inégale. N’empêche qu’il y a des perles cachés un peu partout à travers le disque, des bijoux aux touches d’Indie-Électro, Dream-Pop et Shoegaze, comme avec les pièces Ecstasy, Are You Still in Vallda? et la plus Folk Me & Dean, entres autres. Une écoute où on a l’impression d’êtres assis entre deux chaises, mais qu’on fini par trouver une position semi-confortable.
Esbjörn Svensson Trio - Still (Leucocyte)
Loney, Dear - Dear John (Dear John)
JJ - Intermezzo (JJ n° 2)

Autopsie de CD
Pour notre toute nouvelle capsule Autopsie de CD, où on décortique pour vous un des secrets les mieux gardés de la scène émergente Québécoise. Une perle qui rivalise avec les meilleurs groupe que l'Angleterre a pu nous pondre dans le genre. Le groupe Montréalais Elsiane, avec son a;;iage parfait de sons synthétiques et acoustiques aux ambiances downtempo un peu sombres. Comment décrire la sonorité de la formation, sinon avec les mots sensuel, vapoureux, mystérieux et envoutant qu'est Hybrid, le premier enregistrement de la formation paru en 2007.
Ce qui retient particulièrement notre attention c'est l'organe vocal presque surnaturel d'Elsianne Caplette, qui produit des spectacles templis de théâtralité, accompagnée de musiciens talentueux et de projections très artistiques et stimulantes. On pense tout de suite à Portishead ou à Bjork pour l'utlisation de sa voix, à Luscious Jackson pour le groove, mais en plus orchestré et Morcheeba en version un peu plus dramatique. Du bon vieux Trip-Hop comme il s'en fait de moins en moins, livré d'une manière incroyablement convaincante et efficace. Des mélodies Pop accrocheuses, des envolées qui se rapprochent du classique avec une lourdeur issue du Rock, enrobées dans une programmation Électro. On vous a sélectionné 3 pièces tirées de leur album Hybrid. Le bloc commence avec la très atmosphérique pièce Final Escape, suivie de l’accrocheuse Paranoïa et qui se termine avec la pièce titre du disque qui montre toutes les prouesses vocales qu’Elsiane est capable.
Au plaisir de découvrir !