lundi 10 février 2014

Klô Pelgag - Une petite bibitte fort sympathique



Le 9 février dernier, par un bel après-midi, au nord-est de Montréal, au fin fond du cartier Saint-Michel, Klô Pelgag offrait une prestation gratuite.

Présenté via la tournée Les Entrées en Scène Loto-Québec par Hors Les Murs, un diffuseur de ce secteur de l’île, dans l’antre de l’église Saint-René Goupil, une petite mais ô combien accueillante petite église. D’emblée, l’acoustique semblait prometteuse grâce à l’abondance de boiserie et au plafond relativement bas du chaleureux bâtiment, qui est tout sauf austère et intimidant, comme la plupart des lieux de culte.



Malgré l’humidité insoutenable et le chemin à parcourir pour se rendre dans un quartier que l’on croirait pratiquement au beau milieu de nul-part, une poignée d’irréductibles avait effectué le trajet. Plusieurs habitués de l’endroit et résidents du quartier étaient également au rendez-vous sans trop savoir à quoi s’attendre comme concert. Cette foule bigarrée était fébrile de voir ce qui l'attendait l’autre côté des portes de la chapelle restées closes pendant la balance de son.



D’entrée de jeu, Klô et ses musiciens avaient une belle désinvolture calculée, une approche empreinte d’une certaine candeur et servie avec un humour absurde à chaque intervention de la jeune artiste. Malgré les paroles qui dépeignent certains portraits peu reluisants, ces dernières ont le mérite de frapper l’imaginaire des auditeurs. La naïveté enfantine avec laquelle  elle livre ses textes, qui parlent pourtant de choses lourdes comme la maladie, fait en sorte que l’on tombe immédiatement sous le charme de cette jeune et talentueuse créatrice ou créature à l'esprit débridé.



Assise derrière son clavier, mademoiselle Pelgag était entouré d’un trio à cordes, un contrebassiste qui se sert également d'un archet pour son instrument et d’un batteur, tous costumés d’une manière tout à fait loufoque pour l’événement. Les harmonies vocales étaient omniprésentes tout autant que la justesse et la virtuosité de la part de ces joyeux lurons. Nous avons même eût droit à un tour de magie de la part du contrebassiste pendant l’envolée des cordes, un geste inattendu et qui n’a pas pu passer inaperçu, surtout en renversant un pied de micro pendant que les spectateurs étaient abasourdis de voir ce qui se produisait devant eux!



Bref, laissez-moi vous dire que ce spectacle en valait amplement le détour! Un show tout en finesse et qui nous a tous mis un large sourire aux visages. J’avais envie d’assister à un de ses concerts depuis un bon moment déjà et, avec l’intimité et la proximité de cette représentation, nous avons été choyés et surtout, comblés! D'ailleurs, elle fait partie de la programmation de Montréal en Lumière où elle sera au chic Cabaret Lion D'Or, vendredi le 28 février, ne manquez pas ça!
Publier un commentaire