samedi 1 février 2014

Rétrospective Musicale 2013 - Anglophone Internationale


Pour la seconde partie de ma revue musicale de l'année, je vous propose un tour d'horizon des 10 albums anglophones qui m'ont le plus interpellés l'an passé. Mes goûts particuliers sauront probablement vous étonner, en somme, j'espère vous faire découvrir des parutions qui détonnent tout en étant plaisants à vos oreilles. En vous souhaitant une bonne lecture et des écoutes qui entrent dans votre palette de goûts musicaux!


ATOMS FOR PEACE - AMOK


Projet de Thom Yorke (Radiohead, Nigel Goodrich (producteur de ces derniers), Flea (Red Hot Chili Peppers), Joey Waronker (Beck, R.E.M.) et Mauro Refosco (Lounge Lizards, Forro in the Dark), qui se sont alliés pour créer un disque sensationnel! Après l’aventure solo de l’homme derrière la micro, il s’est entouré de musiciens hautement doués afin d’être mieux en mesure de nous offrir du matériel étoffé. Chaque pièce sur Amok est stimulante, parfois avec une atmosphère un peu angoissante et extrêmement texturée. Visiblement, les musiciens ont pris leur pied, tant sur le plan musical qu’au niveau du traitement sonore, un grand cru!




OOFJ - DISCO TO DIE TO


Sur Disco To Die To, une œuvre d’une grande qualité, on retrouve des arrangements d’envergure grâce à la participation de l’orchestre symphonique de Prague, rien de moins, pour la première fresque sonore de ce duo de Los Angeles. Malgré ce que l’on pourrait croire, la sobriété et le minimalisme ne manque pas à travers l’orchestration qui a su se faire subtil, dû à la direction dansante, tout en ayant un ton plus grave que la majorité des productions du genre, comme le titre l’évoque si bien. Un vocal féminin, interprété avec une approche légèrement sulfureuse, vient rehausser l’expérience et appuyer la finesse de l’instrumentation et le jeu des musiciens que l’on devine chevronnés. Définitivement un enregistrement marquant, dramatique mais aérien et riche au niveau musical comme il s'en fait trop peu!




MATMOS - THE MARRIAGE OF TRUE MINDS


Quelque chose de spirituel, une sorte de voyage astral en départ du conduit auditif, émane des productions de cette formation San Francisco, particulièrement sur ce dernier qui marque leur retour en force. Visiblement plus inspiré que jamais, avec des sujets abstraits comme la perception extrasensorielle, les ovnis et notre conception de l’espace-temps, rien de moins! Au niveau musical, c’est un mélange d’harmonies et de dissonances, de bruits et d’instrumentation méconnaissable, comme eux seuls savent si bien le faire et sont les uniques détenteurs de la recette. Matmos a définitivement une signature musicale qui ne s’imite pas et qui arrive à stimuler même les neurones les plus endormies!




COCOROSIE - TALES OF A GRASS WIDOW


CocoRosie, avec l’alliage vocal de ces sœurs que composent le projet, entre une petite voix frêle, éraillée et l’autre aux penchants classiques à la Sarah Brightman, a définitivement un cachet que l’on reconnaît immédiatement. Une certaine candeur enfantine juxtaposée à un aspect déstabilisant, mais sympathique. Les ritournelles des sœurettes sont toutes sauf dépourvues de mélodies et de refrains accrocheurs, malgré que ce n’est certainement pas à un album pop dans le sens traditionnel du terme avec lequel nous avons affaire ici! Les filles nous offrent leurs propres versions de pièces un peu bancales, mais qui possèdent tout de même leurs lots d’attraits qui sont suffisants pour détenir une profondeur et un esthétisme musical séduisant, ce qui mérite à l’album des écoutes successives afin de mieux l’apprivoiser.



MUM - SMILEWOUND


Cet album marque un retour en force pour la formation islandaise auquel je n’attendais plus. Après quelques parutions un peu décevantes ces dernières années, je ne savais plus quoi penser d’elle, mais me voilà retombé sous le charme de leurs compositions semi électroniques ambiantes et presque néo-classiques. Múm m’avait séduit par ses voix pratiquement de fillettes collées à des textes et des textures sonores déstabilisantes, mais avec cette nouvelle mouture, malgré que la recette ne soit pas du tout la même, la sauce lève! Grâce à des arrangements subtils, tout en finesse et somptueux, l’ensemble se fait éclectique mais reste très efficace comme entité. Parsemé de pièces un peu moins fortes et d’autres qui viennent largement récupérer la donne par leur profondeur et leur finesse, voilà pourquoi c’est l’un des enregistrements notables de l’année.




POLIÇA - SHULAMITH


La formation Poliça se démarque avec son vocal vaporeux, sa section rythmique dotée de 2 batteurs et ses nappes de synthétiseurs aux multiples couches, le tout avec un traitement sonore sublime. Après un premier album qui avait retenu l’attention en 2012, la voici de retour avec un deuxième effort encore plus mature et raffiné. Leur son est une variante de trip-hop, mélangé avec une sorte de r&b psychédélique et un jeu de batterie à la fois lourd et feutré, un magnifique mélange qui colle aisément aux tympans! On pense à Braids par moments, d’autres à Morcheeba ou Sneaker Pimps. Davantage downtempo qu’aux influences hip-hop, l’album possède des refrains accrocheurs tout en ayant suffisamment d’exploration musicale dans ses structures pour résultat mémorable et suscite l’envie d’en faire l’écoute à maintes reprises!



SON LUX - LANTERNS


Ryan Lott, l’homme derrière le pseudonyme, est un compositeur new-yorkais à la démarche unique qui allie une sorte de musique de chambre modernisée avec des accents pop et qui possède un volet électronica tout simplement grandiose. Avec sa voix singulière, comme étouffée, à la fois timide et assumée, très peu d’artistes se distinguent autant! On pense à DM Stith, Baths et The Notwist qui s’en rapprochent quelque peu. Ses créations sont à tout coup audacieuses avec un type de production ambitieux, s’il n’est peut-être pas l’artiste le plus prolifique, on comprend mieux pourquoi en écoutant attentivement ses toiles auditives soigneusement tissées. Bien sûr, c’est une sonorité qui s’apprivoise, mais on gagne tout à s’acclimater à son univers musical tout simplement somptueux!



BATHS - OBSIDIAN


Le plus récent album de Baths comporte beaucoup plus de chant que sur son précédent, tout en préservant la signature sonore qu’il possède, mais en l’emmenant encore plus loin. Des structures mi angoissantes, mi apaisantes, On y retrouve de la polyrythmie tout en ayant une base sensiblement plus mélodieuse et des textes abstraits, livrés en toute sensibilité avec sa voix haute perchée, pratiquement en chuchotant. Le jeune prodige californien fait dans le soul futuriste où une mélancolie palpable est omniprésente portée par des arrangements plus étoffés que jamais. Les attentes étaient élevées pour les productions de cet artiste qui, avec sa dernière œuvre, marque une évolution en nous conduisant dans une autre direction musicale. Obsidian est l’un de ces albums qui gagnent à être écoutés attentivement et à maintes reprises afin de mieux saisir son essence!





THE KNIFE - SHAKING THE HABITUAL


L’album porte bien son titre, puisqu’il sort vraiment de l’ordinaire, avec l’approche vocale éclatée et son côté musical déjanté du duo sœur et frangin suédois. On reconnaît l’aspect lyrique de Fever Ray, projet solo de la chanteuse, mais l’album double apporte son lot définitivement plus éclectique que cette dernière seule. L’enregistrement nous secoue par ses rythmes saccadés, ses sonorités inusitées et ses différents chemins empruntés, mais on y retrouve tout de même un bon fil conducteur malgré le parcours cahoteux. Tout comme sur les albums précédents de The Knife, l’expérimentation est au menu, mais elle atteint de nouveaux sommets sur cette plus récente création. Recommandé aux auditeurs qui n’ont pas peur de s’aventurer!




MODERAT - II


Ce trio allemand, composé de Modeselektor et de Sascha Ring, mieux connu sous le nom d'Apparat, a fait paraître un excellent successeur au premier album du collectif en propulsant sa musique encore plus loin dans la veine électronica dansante et cérébrale. Une oeuvre plus mature et subtile, tout en étant énormément accrocheuse et plus accessible que jamais. Après un terrible accident de moto, dans lequel Sascha a subit de graves blessures, la formation a dû annuler une série de spectacles cet automne. Par chance, malgré la gravité de l’événement, il s'est remis sur pied et leur tournée mondiale a pu reprendre depuis peu en Europe, j'espère voir des dates nord-américaines s'ajouter à leur calendrier bientôt!  

Prochainement publié, les 10 albums francophones internationaux les plus marquants de 2013. En attendant, notre rendez-vous hebdomadaire se poursuit, tous les samedis dès 21h30, sur les ondes de CISM 89,3 FM et vous pouvez toujours compter sur Les Sons du Jour sur la page Facebook du Boulimique de Musique de manière quotidienne. En vous souhaitant d'agréables et de stimulantes découvertes culturelles et surtout, de demeurer aussi ouverts d'esprits, tels que je vous aime! 
Publier un commentaire