samedi 8 février 2014

Rétrospective Musicale 2013 - Francophone Internationale


Dans la continuité de mon bilan culturel de l'année, cette fois, on aborde la catégorie francophone hors Québec. Des retours en force pour plusieurs, des nouveaux venus et des découvertes se retrouvent au menu tout au long de cette dizaine d'albums qui ont su retenir mon attention l'an dernier. Je vous souhaite une lecture intéressante et un choix qui reflète un peu les vôtres ou du moins, les rejoignent à quelque part!


Fauve – Blizzard (EP)


Début prometteur avec ce maxi de la part de la jeune formation parisienne qui fait déjà paraître son premier album Vieux frères partie 1 le 25 février.  Des textes remplis d’espoir et tranchants d’authenticité, livrés avec une énorme conviction et avec une émotion à fleur de peau, un peu à la manière spoken word. L’auditeur s’en retrouve bousculé par le franc parlé de leur paroles imagées, rehaussées par une approche musicale qui s’apparente à Radiohead, jusqu’à un certain point. La saveur est intimiste, on se sent presque comme des confidents d’avoir ce contact privilégié avec le groupe, tout ça à travers nos écouteurs ou haut-parleurs, c’est tout de même assez exceptionnel à l’époque où nous sommes un peu blasés, gavés par l’accessibilité de la musique. Un défi relevé et qui en promet pour la suite!





Sexy Sushi – Vous n’allez pas repartir les mains vides (Herr Silver et  Fraulein Warrior)


Une sorte de Rita Mitsouko du nouveau millénaire, encore plus déjanté que jamais et dans une sauce d’autant plus actuelle et électronique. Généreux, le binôme a conçu un album double à l’image de ses protagonistes, puisqu’ils semblaient être incapables de s’entendre sur le rendu final de l’album. Des textes désabusés, cyniques, loufoques mais qui dépeignent des situations sérieuses avec une bonne dose de surréalisme. Un traitement sonore sans pareil, psychédélique, abrasif, voire parfois corrosif, mais jamais abusif et toujours stimulant. L’équivalent francophone de la formation The Knife, en quelque sorte (ce n’est pas peu dire !), qui a produit un album un peu dérangé et dérangeant dans le bon sens du terme, mais surtout, bien de son temps! 





La Femme – Psycho Tropical Berlin


Une sorte d’ambiance festive à la sauce new-wave, yéyé psychédélique, à la fois rétro et nouveau, qui nous propulse dans une sorte de western-spaghetti, telle est la meilleure description de la sonorité de cette formation_. Claviers, guitares qui baignent dans les effets, distorsion sur tout et surtout, se joignent à une voix féminine éthérée, quelque peu aérienne, mais remplie d’attitude qui échange avec une sorte de voix masculine qui rappelle légèrement Indochine. Appuyés par une solide base rythmique, on ne s’ennuie pas à l’écoute de ce rock bigarré!





Robi - L'hiver et la joie


Des textes lucides, une voix qui interpelle par un voile de mystère qui l’entoure, une sorte de poésie philosophique posée, empreinte de sagesse, voici ce qui décrit en quelques mots l’essence vocale de Robi. Au niveau musical, des guitares bien présentes s’entrecroisent avec des nappes de claviers qui le sont tout autant, avec une batterie qui vient asseoir l’ensemble, un amalgame qui m’a plu automatiquement. Un rock nerveux au niveau des arrangements, servis avec une approche plus calme que l’on pourrait s’attendre du genre, mais toujours dramatique au niveau lyrique. Une de mes plus belles découvertes de l’année au niveau francophone.





Eiffel – Foule Monstre


Une variation de rock atmosphérique revendicateur et qui prend aux tripes grâce au ton employé par Romain Humeau, chanteur de la formation de Bordeaux.  Des coups de gueules bien placés, sans verser dans la victimisation, des paroles certainement émotives, livrées avec une grande justesse et enrobées avec un traitement sonore qui rehausse d’autant plus leur rendus. Malgré une instrumentation relativement classique pour le genre, n’en reste pas moins qu’elle est très bien interprétée. Un album qui fait office de critique sociale de la part de ces pamphlétaires de nos sociétés modernes.





Peau – Archipel


Véritable fresque pop-électronique qui me rappelle Émilie Simon, autant pour les arrangements que pour la voix susurrée. Ses chansons sont remplies de refrains accrocheurs et de mélodies qui hypnotisent, de rythmes efficaces et de petits sons subtils parsemés tout au long de l’album. Un petit quelque chose de comparable à Françoiz Breut émane de son approche vocale lorsque Peau chante d’une manière un peu moins sulfureuse, mais avec un volet plus assumé au niveau musical qui est davantage à saveur électronica. Un esthétisme sonore tout en douceur, aérien et parfois sensuel, Archipel est un beau voyage à travers l’europop contemporaine, loin d’être unidimensionnelle et superficielle!




Melissmell – Droit Dans La Gueule du Loup


Une certaine mélancolie révoltée transpire de cet enregistrement, parsemé d’espoir subtil à travers les textes sombres et cette voix si poignante et leurs structures viscérales. Un grain particulier se retrouve dans la voix de Francette Coulet, chanteuse de la formation, nappée d’arrangements avec une approche que l’on pourrait comparer à l’attitude punk, mais avec une intention rock et l’aspect lyrique de la chanson conscientisée. L’auditeur s’y retrouve bercé par cet alliage, rassuré tout en regardant la réalité en face, apaisé malgré les ombres qui dépeignent les tableaux sonores du groupe de la région d’Ardèche. Un de ces enregistrements qui chavirent calmement par sa rare intelligence émotionnelle et son honnêteté, d’une efficacité comme peu le réussissent aussi bien.





Granville – Les Voiles


Les influences des années ’60 se font sentir dans la sonorité du groupe de Basse-Normandie et c’est bien assumé de sa part. Des pièces estivales, propices aux cœurs bohémiens qui flânent sur les abords d’une plage. On pense parfois à Mika en version définitivement moins criarde et peut-être un peu plus recherchée, où l’on ressent la profondeur des émotions derrière un enrobage tout en légèreté de l’ambiance générale de l’album. Très recommandé pour les âmes vagabondes!





Éléphant – Collective Mon Amour


Ce duo français, formé par la rencontre de Lisa, une comédienne du milieu théâtral et François, un violoniste au parcours classique, s’échangent le micro et se complètent magnifiquement au niveau vocal. Ensemble, ils me font penser à Éli et Papillon, avec leurs ritournelles enjouées, une sorte de pop bigarrée, joyeusement déjantée, mais toujours douce à l’oreille. On pense parfois à Pauline Croze pour la poésie, des mélodies accessibles et accrocheuses, un album où les pièces se succèdent et nous transportent.





Gaëtan Roussel – Orpailleur


Évidemment, la voix et le nom nous est familier, c’est bien le chanteur de Louise Attaque qui revient avec un album solo. Ses textes sont une sorte d’examen de conscience qu’il nous livre avec des arrangements variés au niveau instrumental et des structures renouvelées. Ses choristes féminines insufflent une sorte de bouffée d’air frais aux chansons de l’album. Au niveau musical, on passe d’arrangements à grand déploiement qui me font penser par moments à Woodkid et un genre de trip-hop à la sauce de Tricky, tant dans son ton plus grave au niveau du chant qu’au niveau du traitement sonore. On pense aussi à Manu Chao pour ses rythmes plus chauds et du style dub et pop métissée. Sans être révolutionnaire, c’est une sorte de réinvention du style auquel l’artiste nous a habitués de sa part!



La semaine prochaine, la série d'articles portant sur ma rétrospective musicale se poursuit avec le volet instrumental canadien. 10 sélections délectables d'artistes et de formations de ce plusss beau pays! En attendant, c'est toujours un rendez-vous sur ma page Facebook pour les sons du jours, offerts en semaine de façon quotidienne et sur CISM 89,3 FM, chaque samedis dès 21h30, où j'y anime mon émission hebdomadaire. Comme toujours, ne laissez pas les nombreux phénomènes d'abrutissement sociaux vous atteindre, par chance, il reste encore des alternatives en matière culturelle, peut-être moins nombreuses mais valeureuses, elles font des miracles avec le peu de ressources dont elles disposent, donc n'hésitez pas à les encourager de toutes les manières que vous pouvez!
Publier un commentaire