vendredi 15 décembre 2017

Rétrospective 2017 | Musiques Expérimentales


12 albums des plus audacieux, que ce soit dans la veine du rock ou l'électronique et tout ce qui peut se retrouver dans le milieu.


Une sélection qui souligne la créativité, l'imaginaire et l'inspiration au plus haut point. Des créations qui sortent largement des sentiers balisés où les artistes laissent libre court à leurs pulsions musicales les plus folles et imagées. Bonnes découvertes !


Saltland – A Common Truth (Constellation)

Projet solo de la compositrice et violoncelliste Montréalaise Rebecca Foon (Esmerine, Thee Silver Mt. Zion, Set Fire To Flames). Cet album est une véritable fresque musicale à la croisée des chemins entre la musique classique, les influences de post-rock et les arrangements qui sortent véritablement des sentiers battus par la richesse de son instrumentation. Un troisième opus hautement inspiré et interprété avec une rare grâce !


Oiseau Tempête – 
AL-'AN ! الآن (And your night is your shadow — a fairy-tale piece of land to make our dreams) (Sub Rosa)

Le collectif parisien revient avec un nouvel enregistrement post-rock, majoritairement instrumental, aux arrangements d’une richesse incomparable. L’inspiration pour cet album provient directement d’un voyage au Liban. Troisième tome d’une aventure entamée en 2013 avec le titre éponyme, suivi par l’album Ütopiya? paru en 2015. L’intention, ici, est à la fois politique et esthétique avec sa prise de position narrative et les enregistrements de sons environnants. Comparable aux formations Godspeed You! Black Emperor, Jerusalem In My Heart, 65daysofstatic et Esmerine.


Jarvis Cocker & Chilly Gonzales – Room 29 (Deutsche Grammophon)

Une sorte d'ovni, un enregistrement conceptuel inspiré par la mythique chambre d'hôtel du Château Marmont de Los Angeles où le gratin Hollywoodien a séjourné. En résulte chez l'auditeur une expérience hors du temps où de vibrantes fresques se dépeignent dans l'imaginaire. Avec Cocker, le chanteur du groupe Pulp et Gonzales; compositeur de certaines des plus grandes pièces de Feist, Daft Punk, Drake et Peaches, le talent est au rendez-vous.



Tsuruda – Move (Division Recordings)

Ce producteur de Los Angeles fabrique une variation de musique électronique audacieuse et sans compromis en alliant autant d'éléments hip-hop, ambiant et IDM. Similaire à Eprom, Slugabed, MachinedrumTwo Fingers (Noisia avec Amon Tobin). Les influences de Perfuse 73 viennent également en tête pour avoir pavé la voie à ce genre musical bien avant ce dernier, reste que c'est très bien fait!




Joni Void – Selfless (Constellation)

Cet artiste français immigré au Québec a conçu un nombre impressionnant de parutions sous le nom de johnny_ripper, avant d'être remarqué par l'une des plus respectables étiquettes montréalaises. Il fabrique des nappes sonores infusées d'échantillons de sons environnants afin d'en arriver à un résultat hautement stimulant et exploratoire à souhait sur le premier opus de sa nouvelle identité.



Arca – Arca (XL Recordings)

Le producteur vénézuélien Alejandro Ghersi est celui qui se retrouve derrière les derniers albums de Björk. Il refait surface ici avec une sculpture sonore qui n'a d'égal que lui-même au niveau de la qualité de ses créations atypiques. Son secret ? Ses sources sonores recherchées, sa touche unique et son approche audacieuse se démarque de ce qui se fait de mieux dans l'univers de la musique électronique.





Ce qui nous traverse – Volume/Brut (Cuchabata)

Ancrée sur une fondation de post-rock, ce duo montréalais propose un voyage à travers des textures sonores inusités, des lignes mélodiques bigarrées et des vibrations qui ne donnent d'autres choix que d'interpeller les tympans. Transcendant souvent l'espace et le temps, la musique de la formation propulse l'auditeur loin de son quotidien depuis sa fondation en 2012.






Björk – Utopia (One Little Indian Records)

La reine de tout ce qui est le plus exploratoire est de retour en plus grande forme que sur son album précédent qui se faisait beaucoup plus difficile à prendre émotionnellement. Celui-ci, moins lourd mais non sans être moins prenant pour autant au niveau musical, vocal, sans oublier le traitement sonore de Arca encore une fois qui vient lui offrir une charge émotive bien plus variée et en subtilités avec les différentes émotions qui y sont véhiculées. 


Colin Stetson – All This I Do For Glory (52Hz)

Le saxophoniste et clarinettiste au souffle que l'on croirait quasi sans fin, est de retour sur ce nouvel opus qui pousse encore plus loin ! À l'écoute de ses prouesses pulmonaires, on se laisse envoûter par ses mélodies qui se fait tantôt douce et tantôt plus stridentes pour les tympans. L'artiste atteint ici un point inégalé d'équilibre entre la recherche sonore et la musicalité.
colinstetson.com




Kid Koala – Music to Draw To: Satellite (Arts & Crafts)

Voici un album conceptuel de la part de l'as des tables tournantes les plus sympathiques de la planète. Cet enregistrement a la vocation d'inspirer la créativité sous une trame sonore ambiante, sous l'égide d'une histoire de voyage interstellaire au niveau de sa forme narrative et de sa collaboration avec l'artiste Emiliana Torrini. Quelle oeuvre que cette collaboration entre ces esprits créatifs !





Mimicof – Moon Synch (Alien Transistor)

Sous ce pseudonyme, l'artiste berlinoise Midori Hirano d'origine nippone fait une forme d'électronica texturée et extrêmement stimulante. Chaque nouvelle parution est une aventure hors du commun pour l'auditeur qui se retrouve transporté dans l'univers singulier de cette designer sonore. Un incontournable pour tout esprit ouvert à l'exploration musicale et celui réceptif à la marginalité.




Vague Station – VST EP (Indépendant)

Le projet du québécois Antoine Larocque est inclassable. Paru au tout début de l'année, cet exercice de style lo-fi juxtapose autant d'éléments ambiants, de rock exploratoire de folk contemplatif et de noise pour en faire un tout qui de démarque. Il laisse une grande place à ses nappes sonores, son approche vocale baignant dans les effets, donnant une allure psychédélique à cet enregistrement hors norme.

vendredi 8 décembre 2017

Rétrospective Musicale 2017 | Rap/Hip-Hop


Un panorama hétéroclite dans un seul et même style musical est proposé avec ces sélections de parutions qui ont retenues l'attention de votre dévoreur de sons.


De multiples facettes sont abordées pour venir dépeindre adéquatement toute la versatilité de ce genre musical qui n'a pas de barrières ni de frontières. Ces sonorités inspirées viendront faire vibrer quelque chose de profond et vous ferez assurément des découvertes à l'écoute de la playlist qui se retrouve à la fin de cet article. Amusez-vous!



Héliodrome – Le jardin des espèces (Endemik Music)

Le projet de Khyro (Atach Tatuq) revient en force après des années de silence sur cet album hautement inspiré et stimulant qui allie autant de sonorités jazz-hop que de rock-expérimental à son flow de mots extrêmement littéraire qui dépeint à merveille  des paysages cinématographiques.

www.endemikmusic.com/heliodrome




A7PHA – A7PHA (Anticon)

Doseone (cLOUDDEAD, Subtle, Themselves) et ses multiples projets surprend toujours et cette plus récente collaboration avec Mestizo marque un grand retour dans l'univers du rap, celui-ci particulièrement sombre et évidemment cérébral.

www.anticon.com/a7pha





Tehu - Boulevard EP (UNLOG)

Un autre talent québécois, avec une approche plus instrumentale et dotée d'une bonne touche de jazz combinée avec un bon côté électro downtempo qui coule bien d'un bout à l'autre. On en redemande d'autre!

tehu.bandcamp.com





TOKiMONSTA - Lune Rouge (Brainfeeder)

Jennifer Lee est une productrice de Los Angeles d'origine asiatique qui a collaborée avec plusieurs grands artistes dont Justin Timberlake, Anderson Paak., Andreya Triana et Kook Keith pour nommer que ceux-ci. Avec son approche infusée de R&B avec des éléments électronica, elle insuffle en vent de renouveau et s'affirme en tant que chef de file dans l'univers hip-hop actuel.



Blockhead - Funeral Balloons (Backwoodz Studioz)

Basé à Manhattan, le producteur Tony Simon fabrique un heureux mélange de trip-hop, les racines biens ancrées dans les influences de DJ Shadow et Amon Tobin à ses débuts, revient avec son habile mélange à la fois psychédélique et funky à souhait, fidèle à son style qu'il emmène encore plus loin.

backwoodzstudioz.com/blockhead





Chinese Man - Shikantaza (Chinese Man Records)

Le collectif français revient en grande forme sur ce nouvel opus haut en couleur avec une énergie renouvelée et leur signature singulière. Les collaborations se font nombreuses et le résultat est très cohérent, voire toujours aussi pertinent.

chinesemanrecords.com





Coldcut & On-U Sound - Outside the Echo Chamber (Ahead Of Our Time)

Les britanniques Jon More et Matt Black, ces géant de l'âge dorée du trip-hop, reviennent avec une formule résolument centrée autour de reggae grâce à leur collaboration avec Adrian Sherwood. Du bon gros dub qui puise ses racines dans l'univers du hip-hop.




Dälek - Endangered Philosophies (Ipecac Recordings)

La formation rap-expérimentale américaine réitère avec une sonorité plus noise, crue et rock que jamais sur ce nouvel album via l'étiquette de Mike Patton et pourquoi s'en étonner? Une ambiance toujours aussi survoltée et hardcore qui détonne de la grande majorité de ce qui se fait aujourd'hui et c'est tant mieux!

ipecac.com/dalek




Sixo – The Odds Of Free Will (Fake Four)

Scotty Trimble est un producteur américain fortement influencé par les parutions de l'étiquette Anticon au fil du temps et ça s'entend, ce qui est une très bonne chose pour n'importe-quel artiste qui cherche des sources d'inspiration. Sur cet album, il s'est entouré d'une pléiade de rappers, dont Open Mike Eagle et Milo.

fakefourinc.com/sixo





Lary Kidd -  Contrôle (Coyote Records)

Premier album pour l'artiste montréalais, membre du collectif Loud Lary Ajust pendant que Loud fait également cavalier seul, qui surpasse toutes les attentes en poussant encore plus loin le rap québécois.

coyoterecords.ca/artistes






Shabazz Palaces – Quazarz: Born on a Gangster Star (Sub Pop)

L'uns des albums les plus audacieux du genre, l'excentrique duo est de retour avec un enregistrement plus recherché que jamais. Ceci est bien plus qu'un simple disque, mais un véritable périple, une aventure sonore conceptuelle qui n'a rien de commun ni de forcé. Un tour de force musical!





Flobots – Noenemies (Flobots)

Cette formation fortement engagée et farouchement indépendante revient avec ses propos toujours aussi conscientisés et son approche cérébrale. Leur sonorité infusée d'éléments rock rappelle Linkin Park, Archive et Everlast. Le vocal diversifié retient facilement l'attention avec ne bonne dose d'attitude, mais rempli d'espoir malgré le sérieux des propos abordés. Pertinent au plus haut point.




mercredi 29 novembre 2017

Dear Criminals | Lancement de la muerte



Pour le lancement de l'album Fatale, le trio montréalais n'y est pas allé avec le dos de la cuillère, de toute manière, la formation ne connaît pas les demi-mesures !


Pour souligner l'occasion de la parution de leur premier album complet, après avoir fait paraître de nombreux EP depuis leurs début en 2012, un enregistrement devant public et une poignée de singles, le groupe était prêt à tout pour donner un spectacle à couper le souffle.

L'entrée gratuite de l'événement affichait guichet fermé depuis déjà un bon moment, les places réservées se sont rapidement envolées et pour cause; la réputation des membres de n'est plus à faire dans la métropole. Les harmonies vocales entre Frannie Holder (Random Recipe) et Charles Lavoie (b.e.t.a.l.o.v.e.r.s), combinés aux arrangements somptueux pour quatuor à cordes sous la direction du compositeur et surdoué multi-instrumentiste Vincent Legault a peu d'égaux. Ensemble, ils proposent une formule qui oscille entre la pop-atmosphérique et l'électronique, accompagnés de musiciens invités sur les planches du Cabaret du Lion d'Or plein à craquer.



L'ambiance intimiste, la musique chargée d'émotions, l'interprétation tout simplement sublime de l'intégralité de cette trame sonore de la série télévisée Fatale Station s'est déroulée avec tellement de fluidité que les spectateurs sont ressortis bouche-bée. Les pièces se sont enchaînées avec un minimum d'interaction, seulement des remerciements sentis et bien placés, puis aucun rappel.

Une représentation un peu trop vite passée qui a laissée le public sous le charme de ce phonogramme qui se hisse facilement dans les meilleurs albums à être parus cette année !


jeudi 9 novembre 2017

Coup de Coeur Francophone | Samuele + Julie Aubé


Le récipiendaire du Festival International de la Chanson de Granby de 2016 débarque sur scène arborant un chapeau à la manière de Jean Leloup ou d’Antoine Corriveau avec l’air déterminé à vouloir mettre le feu aux planches. L’artiste est vite rejoint par ses six musiciens portant costumes à brillants, comprenant une section de cuivres dans lequel figure son fils à la clarinette, pour présenter du nouveau matériel. Audacieux choix de casser de nouvelles compositions pour le Coup de Cœur Francophone!

D’entrée de jeu, le public semble autant composé de quinquagénaires que d’un auditoire dans la jeune vingtaine. Les chemises aux motifs à carreaux abondent pour faire écho à la simplicité que dégage l’univers de l’artiste. Pour ajouter à l’expérience et être d’autant plus inclusive, principe au cœur des préoccupations de l’artiste originaire du quartier Hochelaga; une interprétation des paroles de chansons en langage des signes. Une magnifique initiative retrouvée tout au long du spectacle.


La Sala Rossa, salle affublée d’une électricité défaillante depuis toujours, cause un fuzz énorme dans les haut-parleurs, chose que l’équipement récemment acquis ne peut palier au modelage de l’acoustique qui doit être revu et corrigé. Sans même sourciller sur la sono discutable, signature du modeste lieu de diffusion, elle se moque gentiment des fantômes de l’endroit en guise d’entrée en la matière, sans affecter l’éloquence de ses interventions qui ponctuent habilement ce nouveau spectacle. Preuve de plus qu’elle a une aisance peu commune devant public et une maîtrise d’elle-même qui font certainement l’envie de bons nombres d’artistes. Sans être tout à fait rodé, on note davantage de dynamisme au niveau de la mise en scène de cette nouvelle mouture, où le plaisir partagé avec ses musiciens se répercute sur le degré d’enthousiasme du public.


Samuele est reconnue pour ses prises de positions, elle fait une allocution sur la reprise du pouvoir populaire est nécessaire, surtout maintenant qu’un nouveau parti vient d’être prendre les rênes de la marie de Montréal. Elle fait aussi allusion au mouvement #metoo avec un discours sur le consentement, l’enthousiasme et les choix éclairés. Elle n’en est pas à ses premières armes au niveau du ton dénonciateur, comme elle le relate avec son expérience aux Francouvertes en 2013 et son point de vue sur les événements autour du Printemps Érable, où on lui dit que ce n’est pas l’endroit pour parler de ce sujet, ce qui lui a probablement coûté la finale. Qu’importe, comme elle le dit si bien; elle est encore là avec ses propos plus virulents que jamais, mais elle s’interroge à savoir que si la scène n’est pas une tribune adéquate pour s’exprimer, alors où est le bon endroit pour le faire?

Une bouffée d’air frais de l’Acadie en première partie




En guise d’apéritif, l’acadienne Julie Aubé; la plus réservée membre de la formation Les Hay Babies, propose un tout premier spectacle solo.

Entourée par ses trois musiciens, elle déballe un folk atmosphérique infusé de blues avec son accent typique du Nouveau-Brunswick. Ironiquement, l’assistance entend bien peu les paroles avec la sonorisation qui semble s’ajuster tant bien que mal en cours de route. Ce spectacle bénéficie aussi de la traduction simultanée en langage des signes que l’on aimerait bien tous comprendre pour l’occasion!




Aubé essaie d’incarner les pièces issues de son tout nouvel album Joie de vivre, rempli de textes empreints d’histoires d’amour douces-amères. Les trop nombreux et laborieux changements de guitares empêchent en peu l’auditoire d’entrer de plein pied dans l’univers singulier de l’artiste. « Ça m’apprendra d’acheter une guitare à l’Armée du Salut! » nous dira celle qui a vécu une profonde crise d’angoisse la veille de sa représentation.

Visiblement, la chimie reste encore à s’établir entre ses musiciens chevronnés et elle, malgré qu’ils tirent admirablement bien leurs épingles du jeu, pour des chansons apprises l’avant-veille du spectacle. Les structures musicales parsemées d’envolées instrumentales, permettent d’oublier qui lui manque un peu d’aisance sur les planches, c’est dans ces moments plus fougueux où elle semble le plus assumée.

En somme, un bon premier spectacle, considérant qu’il lui est bien difficile de faire mieux, étant en terrain étranger pour cette première excursion sans ses comparses habituelles qui prennent beaucoup plus de place qu’elle. Gageons qu'elle sera bientôt plus à l'aise dans son rôle à l'avant-plan!

dimanche 5 novembre 2017

Coup de Coeur Francophone | VioleTT Pi


Dans le cadre du festival qui en est à sa 31e édition cette année, l'un de mes coups de cœurs québécois musicaux nous avait conviés à "La chaise épeurante", soit une prestation assise et semi-acoustique dans la nouvelle salle de son étiquette de disques L-A beLe Ministère en lieu et place de l'ancienne Commission des Liqueurs.



http://leministere.ca/

Disposée en mode cabaret, le petit lieu de diffusion, sans être des plus chaleureux (l'artiste le concède en disant : "Me semble qu'y manque de bois", est intimiste à souhait. Même quelques anglophones se sont déplacés pour l'occasion! L'environnement que l'on avait annoncé, avec le coloré personnage seul au beau milieu de la foule, s'est avéré installé sur scène entouré de quelques instruments, ce qui laissait présager qu'il ne s'agirait finalement pas d'une prestation solo. Il apparaît sur scène, entouré de ses trois musiciens, il semble d’ors et déjà que l'on aurait affaire à une prestation similaire à celle de Nirvana à MTV, ou du moins, qui s'en inspire pour l'essence et l'intention.



Enfin seul sur scène à mi-chemin dans le spectacle, l'artiste balance la pièce Biscuit chinois avant que Sylvain, son fidèle acolyte, le rejoigne à la basse pour la pièce Labyrinthite pour enchaîner avec Fleur de Londres (en version ballerine selon l'imaginaire débridé de notre principal protagoniste). Il est évident qu'il s'agit d'une prestation d'une rare sensibilité, toute en subtilités, voire même d'une vulnérabilité palpable en affirmant : "On fait ça en grand mais on reste petit"!


Sa "gaufre" de cheveux entourée de bougies et d'un Bouddha illuminé en exposition sur la table de marchandise, le grand absent est encore la version vinyle de son plus récent album Manifeste contre le peur, qui devrait voir le jour au mois de décembre, soit juste avant que l'artiste ne disparaisse pour la séance de création de son troisième opus. Il nous a même fait miroiter qu'il y avait une nouvelle pièce, mais qu'elle ne sera pas entendue ce soir là... Dommage! Au final, une prestation intense, des versions de pièces hautement créatives et inspirées, qui démontrent une fois de plus toute la versatilité et la virtuosité de ses musiciens et lui.

Pour souligner l'occasion, voici une entrevue énergique avec le principal concerné et moi-même. Bonne écoute!

dimanche 23 juillet 2017

Nouveautés | 21 juillet 2017



Une quantité plus raisonnable de parutions musicales de la semaine vient rehausser les beautés estivales


Voici une sélection musicale toujours aussi éclectique et  différente de la majorité. Cette fois, on passe du rock-psychédélique à la pop-synthétique, avec une présence remarquée de drum & bass qui vient allègrement ponctuer l'ensemble. Des sonorités les plus inspirées pour plaire aux plus aventuriers et même aux plus férus mélomanes.

Dans les retours à noter; Avey Tare (Animal Collective), Holy Fuck, CalibreTyler, the Creator, Session Victimla collaboration entre l'ensemble Bang on a Can All-Stars avec Gong Linna. Au rayon des coups de cœurs; Mura Masa, Will O Wisp et Schneider Kacirek.


Bien des découvertes vous attendent à la liste de lecture ci-bas. Bonne écoute !


Ara Koufax / Statue - Base/Test Dream (Cin Cin Records)

Avey Tare - Eucalyptus (Domino)

Bang on a Can All-Stars & Gong Linna - Cloud River Mountain (Cantaloupe Music)

Blanka – Hypnotic (Nowadays Records)

Calibre - Grow (The Nothing Special)

Detboi - Secrets (Metalheadz)

Don't DJ - Hyperspace is The Place / Hyperspace is No Place (Em Records)

Head Dress - Confidence Intervals (Entertainment Systems)

Holy Fuck - Bird Brains EP (Innovative Leisure)

Kodan - Reflections EP (Full Cycle Records)

Laurence Guy - Saw You for the First Time (Church)

Lost Salt Blood Purges & Boring Bathtimes - Yellow Fog Sword (Apothecary Compositions)

Mark Archer - The Man Behind the Mask (Music Mondays)      

Mark Henning - Lithium (Soma)

Mura Masa - Mura Masa (Polydor)

PESSIMIST – Pessimist (Blackest Ever Black)

Richard Bone - The Age of Falconry (Mega Dodo)

Rob Shields - Boketto (Art Therapy)

Rodrigo Gallardo & Nicola Cruz - El Origen (Wonderwheel Recordings)

Schneider Kacirek - Radius Walk (Bureau B)

Screen Shadow - II (Paths) (Gong Ear)

Session Victim - Listen to Your Heart, Pt. 3 (Delusions of Grandeur)

The Voyagers - The People Making This Record Hate You (Tri Tone)

Tyler, The Creator - Flower Boy (Sony)

Will O Wisp - Puzzle Symphony (Dark Prisma Records)


lundi 17 juillet 2017

Nouveautés | 14 juillet 2017


Une sacrée brochette de parutions musicales toutes fraîches parues, des sonorités toujours aussi inspirées et recherchée est au menu.


Un penchant pour l'électro et l'exploratoire, sans trop se faire hermétique pour autant, cette sélection musicale devrait bien faire résonner plusieurs tympans. Sur le plan local, c'est plutôt l’accalmie estivale pendant que The Dears réitère avec une énième album, cette fois, encore plus autobiographique que jamais, tandis que DR. MAD ainsi que Fluïdd & Xandra proposent deux EP. Les retours attendus de Untold avec un nouveau EP, Gidge, No Mask Effect, Banco de Gaia, Infinity InkPeaking Lights, KobosilMike Cooper, des remixes de Dark Sky par Robert FlügelShabazz Palaces, non pas seulement avec un, mais bien deux albums parus en parallèle ! Au niveau des coups de cœurs cette semaine, Dauwd, DJ Hell et Inigo Kennedy. Bonne écoute et bonnes découvertes !


Anton Kubikov - Whatness (Kompakt)

Banco de Gaia - Big Men Cry (Disco Gecko Recordings)

Batfinks - Mosisac (Caoutchou)

Batu - Marius EP (Hessle Audio)

Belp - Elephants (SVS Records)

Bill Vortex - Musiques Imaginogènes, Vol.1 (Serendip Lab)

Bogus Order - Zen Brakes, Vol. 2 (Ahead of Our Time)

Bruce Ditmas - Visioni Sconvolgenti (Dead-Cert)

Cevin Fisher / Submission - Women Beat Their Men/Hallelujah (4 To The Floor Records)

Chip Tronic - Twisted Giblet (Stonedwave)

Chords - Love Burning/Clarion (RAM Records)

Claude Speeed - Infinity Ultra (Planet Mu)

Dark Sky - The Passenger/The Walker [Roman Flügel Remix] (Monkeytown)

Dauwd - Theory Of Colours (Technicolour)

DJ Hell - Zukunftsmusik (Int'l Deejay Gigolo)

DJ Stingray - Kern 4 (Tresor)

DJ Tennis - DJ-Kicks (!K7 Records)

DR. MAD - fortune. (Indépendant)

DSR Lines - Spoel (Black Sweat Records)

E. Myers - Taps/Rabona (Unknown Label)

Eterna - Regatta EP (Modern Obscure Music)    

F.S.K. - Ein Haufen Scheiss und ein Zertrummertes Klavier (Martin Hossbach)       

Fieldhead - We've All Been Swimming (Home Assembly)        

Flüidd & Xandra - Vagrant EP (Indépendant)

Gidge - For Seoul (Atomnation)

Glenn Underground - CVO Trance (Peacefrog)   

Gridlok - Z3R0 H0U2 (Blackout Music)

Happy Meals - Full Ashram Devotional Ceremony Iv-vi (So Low)

Heart People Remix EP (Hole in the Sky)

Hedustma - Forms 02 (Pureuphoria Records)

Homewreckers - Machinekiss (Kalakuta Soul Record)

Hood Reishi - Hood Reishi (Shula Records)

Inigo Kennedy – Tornado (Token Records)

Infinity Ink - Alienation (Different)

Inland – Coriolis (Counterchange Recordings)    

Inner - Blacklabel (Signal Life)     

Ion Din Dorobanti - EP (Pingipung)

Island People - Island People (Raster Music)

Jacob F. Desvarieux - Anthology, Pt.2 (Endless Flight)

Jor-El - Tilted Reality EP (Echocord)

Kalbells - Ten Flowers (NNA Tapes)

Kauders - In Another Land pt.1 (GOD Records)

Kid Drama - Trife EP (Metalheadz)         

Klaus - Cry Tuff/Gus/Bela (Tanum Records)      

Klon Dump - Klon Dump Versus the Open Air (A Colourful Storm)      

Kobosil - 105 (Ostgut Ton)

Lab's Cloud - Connecting on a Deeper Level (Altar Records)

Lavender Lagoon - Sea & Space (Ocean Parkway)        

Lightning in a Twilight Hour - Quiet Actions (The Tapeworm)

Lloyd - 8ths, 16ths (Gobstopper)

Lorenzo Al Dino - Ibiza (Black Hole Recordings) 

Maceo Plex - The Tesseract (Ellum Audio)

Marc Romboy & Dortmunder Philharmoniker - Reconstructing Debussy (Systematic Recordings)

Marks - Drain (Coyote Records)    

Metro Skim - Identifying Possibilities (6dimensions)

Mike Cooper – Raft (Room40)

Mr. Assister - Masonic Forest/Jordan (Beam JAPAN)    

No Mask Effect - Buddha Bowl (Psychonavigation Records)

Norwell - Unsolved Dissonance (Indépendant)

Nu Era - Geometricks EP (Omniverse)

Nu:Logic - Somewhere Between The Light (Hospital Records)

Patricia - Several Shades of the Same Color, Pt. 1 [LP] (Spectral Sound)     

Peaking Lights - Fifth State Of Consciousness (Two Flowers Records)

Petrichor - Cloud Chamber (Soma)

Philipp Gorbachev & The Naked Man - I Don't Give A Snare (Arma Records)

Philippe Hallais - An American Hero (Modern Love)

Pitch Black - Invisible Circuits (Dubmission)

Pletnev - St. Bones (Le Temps Perdu)

Poppy Ackroyd - Sketches (One Little Indian Records)

Prince of Queens - The Scene Over (Ocean Parkway)

Quaeschning & Schnauss - Synthwaves (Azure Vista Records)

Richard Fearless - Sweet Venus (Drone)  

Richard Spaven - The Self (Fine Line)     

Sanfuentes - Visiones (Sanfuentes Records)       

Shabazz Palaces - Quazarz: Born On A Gangster Star (Sub Pop)

Shabazz Palaces - Quazarz vs. The Jealous Machines (Sub Pop)

Simon Hold - NT (Vlek)

Steve Bug & Clé - Together/That's Right (Rejected)    

Tarquin Manek / Martina Quake - Locks on Our Doors Not on Our Hearts (Blackest Ever Black)

Terrence Parker - God Loves Detroit (Planet E)

The Dead Mauriacs - Beauté des Mirages (Discrepant)

The Dears - Times Infinity 2 (Dangerbird)

Timothy J. Fairplay - Mindfighter EP (Höga Nord Rekords)     

Tooth - Sirens From Here to Titan (Soft)

Twoman - Twoman (SVS Records)

Untold - HEK029 (Hemlock Recordings)   

Vacated - Never Ending Promises (Precision Auto)

Vicky Chow - Michael Gordon: Sonatra (Cantaloupe Music)

Voyage - Genesis (Technical Itch) 

Wojciech Golczewski - The Signal (Death Waltz Recording Co.)

Wowflower – Balloons (Street Corner Music)

Xenophobia - Bring on the Rush (Xenophobia)   

Xordox – Neospection (Editions Mego)

Zaquoir - Asino Sardo (SVS Records)

Artistes Variés - DJ-Kicks - The Exclusives (!K7 Records)


samedi 17 juin 2017

Nouveautés | 16 juin 2017



Une méga sélection de nouvelles parutions est proposée à cet article hebdomadaire et sa liste de lecture débordante de sonorités éclectiques.


Au menu local cette semaine : Half BakedMorthouse, Echo Beach, Xavier Constant, Hoodooed et des remixes de Van Did. Les retours de MobyCom Truise, S.P.Y, Igorrr, Si BeggEkoplektz, Goldie et Arve Henriksen. Bonnes découvertes et bonne écoute !


1115 - Post Europe (Alien Transistor)

2raumwohnung - Nacht Und Tag (It Sounds)

A Sagittariun - Vanishing Point (Hypercolour)

Amir ElSaffar / Rivers of Sound - Not Two (Amsterdam Records)

Anders and - Love (Brown Fat)

Anno Stamm - Annothek (Macro Recordings)

Arthur Miles - Night Flight (All My Thoughts)

Arve Henriksen - Towards Language (Rune Grammofon)

Barreca / Kerry Leimer - Field Characteristics (Palace Of Lights)

Beta 2 - Manufacturism (Horizons)

Bogus Order - Zen Brakes, Vol. 2 (Ahead of Our Time)

Bookworms - Appropriation Loops (Break World Records)

Boora - From The Depths Of Time (King Underground)

Carlos Casas - Pyramid of Skulls (Discrepant)

Chihei Hatakeyama – Mirage (Room40)

Chloe - Dawn (Lumiere Noire)

Clockwork - Online Entity (Parachute)

Com Truise - Iteration (Ghostly International)

Deapmash - Halcyon EP (Leisure System)

Defled - Hacking the Sun EP (Modern Obscure Music)

Deltawerk – Passages (Atomnation)

Des Une - reflection75 (SHUT_INS)

Dessy / DJ Olive / Ensemble Musiques Nouvelles / David Nunez - Scories/Live at Les Transnumeriques (Sub Rosa)

Diego Amura - Automa (Mindtrip Music)

DJ HARRISON - HazyMoods (Stones Throw)

DJ T-Rock & Squashy Nice - Back To The Essence (Cold Busted)

Echo Beach - Where Were You At Night (Indépendant)

Elusive - Fusion Swing (Alpha Pup)

Ekoplekz - Bioprodukt (Planet Mu)

Firma do Txiga - Firma do Txiga (Principe)

Flitz&Suppe - Mirage (Vinyl Digital)

Folamour - Melophrenia EP (Church)

Gacha Bakradze - I Can Still See You (Transfigured Time)

Gila - Pick Six EP (Deviation Music)

Goldie - The Journey Man (Cooking Vinyl)

Greydreamer - The North Star (SHUT_INS)

Half Baked – Rhizome (A Billion Records)

Hatterman - Makes You EP (Trouble Maker)

Hoodooed - Raggle-Taggle (Indépendant)

Hugh Hardie - Colourspace (Hospital Records)

Igorrr - Savage Sinusoid (Metal Blade)

J.D. Emmanuel - Rain Forest Music (Aguirre Records)

Jacek Sienkiewicz - 9702 (Recognition)

Janek Schaefer - Glitter In My Tears (Room40)

Jefre Cantu-Ledesma - On The Echoing Green (Mexican Summer)

Joanne Pollock - Stranger (Planet Mu)

Johannes Klingebiel - Nightlife (Mireia)

Kay The Aquanaut7 - Vessels (Fake Four)

Keeno - Music for Orchestra: Drum & Bass (Med School)

Kemback - Carduelis (Don't Be Afraid)

Kevin Drumm - Elapsed Time (Sonoris)

Kiefer - Kickinit Alone (Leaving Records)

LCC – Bastet (Editions Mego)

Les Halles - Sentient (Not Not Fun Records)

Lyeform - Things Betwixt EP (Keysound Recordings)    

M.F.Ü. - Alien Flowers (RAM Records)

Mars89 - Lucid Dream (Bokeh Versions)

Melorman - Somewhere Someday (Sun Sea Sky Prod)

Moby & the Void Pacific Choir - More Fast Songs About The Apocalypse (MUTE)

Moow - I Can't Tell You How Much It Hurts (Vinyl Digital)

Morgan Geist - Megaprojects, Vol. 2 (Environ)

Morthouse – Dystonia (Indépendant)

Multa Nox - Living Pearl (Nna Tapes)

Myles Sergé - Walking Through Concrete EP (Made Of Concrete)

Neozaire - Apothecary Dream (Fauxpas Musik)

Nick Hoppner - Work (Ostgut Ton)

Nick Murphy - Missing Link (Downtown)

No Local - Never Really Feels Like I'm Going To Be Around For Long (beko)

Penelope Trappes - Penelope One (Optimo Music)

Penguin Cafe & Cornelius - Umbrella EP (Erased Tapes)

Philanthrope - Todai Moto Kurashi (Vinyl Digital)

Pilo - Flourishes (Boys Noize Records)

Profondita - Dracarys (Altar Records)

Radius - Interpolation Tapes [Restoration Two] (echospace [detroit])

Roots in Heaven - Petites Madeleines (Zehnin)

Run Dust - Leisure Village (In Paradisum)

Rust Eden - Bald Matador (Indépendant)

S.P.Y. - Alone in the Dark (Hospital Records)

Salaryman - Your Love Lifts Me Up/Badman Sound (RAM Records)

Sascha Funke - Lotos Land (Endless Flight)

Scott Gilmore - Subtle Vertigo (International Feel)

Serum - Black Metal/Ramparts (Horizons)

Si Begg - Blueprints (Shitkatapult)

Stk - Uncompromising Groundwork (Olga)

TQD - Ukg (Butterz)

The Reverend Marco D 'Andrea - The Garden (Geej)

Thomas Köner / Jana Winderen - Cloître (Touch)

Todd Terje - Maskindans (Olsen Records)

Van Did - Avenir, The Remixes (8day)

Vanwho - EP à l'arrache Slash French (Indépendant)

Will Bolton / Ian Hawgood - Transparencies (Home Normal)

youANDme - All Comes Back EP (Drumpoet Community)

Xavier Constant - #nochill (La Crème)

Žhii - No Frontier (Sensing Waves)

Artistes Variés - Only On Vinyl 3 (Cold Busted)