vendredi 15 décembre 2017

Rétrospective 2017 | Musiques Expérimentales


12 albums des plus audacieux, que ce soit dans la veine du rock ou l'électronique et tout ce qui peut se retrouver dans le milieu.


Une sélection qui souligne la créativité, l'imaginaire et l'inspiration au plus haut point. Des créations qui sortent largement des sentiers balisés où les artistes laissent libre court à leurs pulsions musicales les plus folles et imagées. Bonnes découvertes !


Saltland – A Common Truth (Constellation)

Projet solo de la compositrice et violoncelliste Montréalaise Rebecca Foon (Esmerine, Thee Silver Mt. Zion, Set Fire To Flames). Cet album est une véritable fresque musicale à la croisée des chemins entre la musique classique, les influences de post-rock et les arrangements qui sortent véritablement des sentiers battus par la richesse de son instrumentation. Un troisième opus hautement inspiré et interprété avec une rare grâce !


Oiseau Tempête – 
AL-'AN ! الآن (And your night is your shadow — a fairy-tale piece of land to make our dreams) (Sub Rosa)

Le collectif parisien revient avec un nouvel enregistrement post-rock, majoritairement instrumental, aux arrangements d’une richesse incomparable. L’inspiration pour cet album provient directement d’un voyage au Liban. Troisième tome d’une aventure entamée en 2013 avec le titre éponyme, suivi par l’album Ütopiya? paru en 2015. L’intention, ici, est à la fois politique et esthétique avec sa prise de position narrative et les enregistrements de sons environnants. Comparable aux formations Godspeed You! Black Emperor, Jerusalem In My Heart, 65daysofstatic et Esmerine.


Jarvis Cocker & Chilly Gonzales – Room 29 (Deutsche Grammophon)

Une sorte d'ovni, un enregistrement conceptuel inspiré par la mythique chambre d'hôtel du Château Marmont de Los Angeles où le gratin Hollywoodien a séjourné. En résulte chez l'auditeur une expérience hors du temps où de vibrantes fresques se dépeignent dans l'imaginaire. Avec Cocker, le chanteur du groupe Pulp et Gonzales; compositeur de certaines des plus grandes pièces de Feist, Daft Punk, Drake et Peaches, le talent est au rendez-vous.



Tsuruda – Move (Division Recordings)

Ce producteur de Los Angeles fabrique une variation de musique électronique audacieuse et sans compromis en alliant autant d'éléments hip-hop, ambiant et IDM. Similaire à Eprom, Slugabed, MachinedrumTwo Fingers (Noisia avec Amon Tobin). Les influences de Perfuse 73 viennent également en tête pour avoir pavé la voie à ce genre musical bien avant ce dernier, reste que c'est très bien fait!




Joni Void – Selfless (Constellation)

Cet artiste français immigré au Québec a conçu un nombre impressionnant de parutions sous le nom de johnny_ripper, avant d'être remarqué par l'une des plus respectables étiquettes montréalaises. Il fabrique des nappes sonores infusées d'échantillons de sons environnants afin d'en arriver à un résultat hautement stimulant et exploratoire à souhait sur le premier opus de sa nouvelle identité.



Arca – Arca (XL Recordings)

Le producteur vénézuélien Alejandro Ghersi est celui qui se retrouve derrière les derniers albums de Björk. Il refait surface ici avec une sculpture sonore qui n'a d'égal que lui-même au niveau de la qualité de ses créations atypiques. Son secret ? Ses sources sonores recherchées, sa touche unique et son approche audacieuse se démarque de ce qui se fait de mieux dans l'univers de la musique électronique.





Ce qui nous traverse – Volume/Brut (Cuchabata)

Ancrée sur une fondation de post-rock, ce duo montréalais propose un voyage à travers des textures sonores inusités, des lignes mélodiques bigarrées et des vibrations qui ne donnent d'autres choix que d'interpeller les tympans. Transcendant souvent l'espace et le temps, la musique de la formation propulse l'auditeur loin de son quotidien depuis sa fondation en 2012.






Björk – Utopia (One Little Indian Records)

La reine de tout ce qui est le plus exploratoire est de retour en plus grande forme que sur son album précédent qui se faisait beaucoup plus difficile à prendre émotionnellement. Celui-ci, moins lourd mais non sans être moins prenant pour autant au niveau musical, vocal, sans oublier le traitement sonore de Arca encore une fois qui vient lui offrir une charge émotive bien plus variée et en subtilités avec les différentes émotions qui y sont véhiculées. 


Colin Stetson – All This I Do For Glory (52Hz)

Le saxophoniste et clarinettiste au souffle que l'on croirait quasi sans fin, est de retour sur ce nouvel opus qui pousse encore plus loin ! À l'écoute de ses prouesses pulmonaires, on se laisse envoûter par ses mélodies qui se fait tantôt douce et tantôt plus stridentes pour les tympans. L'artiste atteint ici un point inégalé d'équilibre entre la recherche sonore et la musicalité.
colinstetson.com




Kid Koala – Music to Draw To: Satellite (Arts & Crafts)

Voici un album conceptuel de la part de l'as des tables tournantes les plus sympathiques de la planète. Cet enregistrement a la vocation d'inspirer la créativité sous une trame sonore ambiante, sous l'égide d'une histoire de voyage interstellaire au niveau de sa forme narrative et de sa collaboration avec l'artiste Emiliana Torrini. Quelle oeuvre que cette collaboration entre ces esprits créatifs !





Mimicof – Moon Synch (Alien Transistor)

Sous ce pseudonyme, l'artiste berlinoise Midori Hirano d'origine nippone fait une forme d'électronica texturée et extrêmement stimulante. Chaque nouvelle parution est une aventure hors du commun pour l'auditeur qui se retrouve transporté dans l'univers singulier de cette designer sonore. Un incontournable pour tout esprit ouvert à l'exploration musicale et celui réceptif à la marginalité.




Vague Station – VST EP (Indépendant)

Le projet du québécois Antoine Larocque est inclassable. Paru au tout début de l'année, cet exercice de style lo-fi juxtapose autant d'éléments ambiants, de rock exploratoire de folk contemplatif et de noise pour en faire un tout qui de démarque. Il laisse une grande place à ses nappes sonores, son approche vocale baignant dans les effets, donnant une allure psychédélique à cet enregistrement hors norme.

vendredi 8 décembre 2017

Rétrospective Musicale 2017 | Rap/Hip-Hop


Un panorama hétéroclite dans un seul et même style musical est proposé avec ces sélections de parutions qui ont retenues l'attention de votre dévoreur de sons.


De multiples facettes sont abordées pour venir dépeindre adéquatement toute la versatilité de ce genre musical qui n'a pas de barrières ni de frontières. Ces sonorités inspirées viendront faire vibrer quelque chose de profond et vous ferez assurément des découvertes à l'écoute de la playlist qui se retrouve à la fin de cet article. Amusez-vous!



Héliodrome – Le jardin des espèces (Endemik Music)

Le projet de Khyro (Atach Tatuq) revient en force après des années de silence sur cet album hautement inspiré et stimulant qui allie autant de sonorités jazz-hop que de rock-expérimental à son flow de mots extrêmement littéraire qui dépeint à merveille  des paysages cinématographiques.

www.endemikmusic.com/heliodrome




A7PHA – A7PHA (Anticon)

Doseone (cLOUDDEAD, Subtle, Themselves) et ses multiples projets surprend toujours et cette plus récente collaboration avec Mestizo marque un grand retour dans l'univers du rap, celui-ci particulièrement sombre et évidemment cérébral.

www.anticon.com/a7pha





Tehu - Boulevard EP (UNLOG)

Un autre talent québécois, avec une approche plus instrumentale et dotée d'une bonne touche de jazz combinée avec un bon côté électro downtempo qui coule bien d'un bout à l'autre. On en redemande d'autre!

tehu.bandcamp.com





TOKiMONSTA - Lune Rouge (Brainfeeder)

Jennifer Lee est une productrice de Los Angeles d'origine asiatique qui a collaborée avec plusieurs grands artistes dont Justin Timberlake, Anderson Paak., Andreya Triana et Kook Keith pour nommer que ceux-ci. Avec son approche infusée de R&B avec des éléments électronica, elle insuffle en vent de renouveau et s'affirme en tant que chef de file dans l'univers hip-hop actuel.



Blockhead - Funeral Balloons (Backwoodz Studioz)

Basé à Manhattan, le producteur Tony Simon fabrique un heureux mélange de trip-hop, les racines biens ancrées dans les influences de DJ Shadow et Amon Tobin à ses débuts, revient avec son habile mélange à la fois psychédélique et funky à souhait, fidèle à son style qu'il emmène encore plus loin.

backwoodzstudioz.com/blockhead





Chinese Man - Shikantaza (Chinese Man Records)

Le collectif français revient en grande forme sur ce nouvel opus haut en couleur avec une énergie renouvelée et leur signature singulière. Les collaborations se font nombreuses et le résultat est très cohérent, voire toujours aussi pertinent.

chinesemanrecords.com





Coldcut & On-U Sound - Outside the Echo Chamber (Ahead Of Our Time)

Les britanniques Jon More et Matt Black, ces géant de l'âge dorée du trip-hop, reviennent avec une formule résolument centrée autour de reggae grâce à leur collaboration avec Adrian Sherwood. Du bon gros dub qui puise ses racines dans l'univers du hip-hop.




Dälek - Endangered Philosophies (Ipecac Recordings)

La formation rap-expérimentale américaine réitère avec une sonorité plus noise, crue et rock que jamais sur ce nouvel album via l'étiquette de Mike Patton et pourquoi s'en étonner? Une ambiance toujours aussi survoltée et hardcore qui détonne de la grande majorité de ce qui se fait aujourd'hui et c'est tant mieux!

ipecac.com/dalek




Sixo – The Odds Of Free Will (Fake Four)

Scotty Trimble est un producteur américain fortement influencé par les parutions de l'étiquette Anticon au fil du temps et ça s'entend, ce qui est une très bonne chose pour n'importe-quel artiste qui cherche des sources d'inspiration. Sur cet album, il s'est entouré d'une pléiade de rappers, dont Open Mike Eagle et Milo.

fakefourinc.com/sixo





Lary Kidd -  Contrôle (Coyote Records)

Premier album pour l'artiste montréalais, membre du collectif Loud Lary Ajust pendant que Loud fait également cavalier seul, qui surpasse toutes les attentes en poussant encore plus loin le rap québécois.

coyoterecords.ca/artistes






Shabazz Palaces – Quazarz: Born on a Gangster Star (Sub Pop)

L'uns des albums les plus audacieux du genre, l'excentrique duo est de retour avec un enregistrement plus recherché que jamais. Ceci est bien plus qu'un simple disque, mais un véritable périple, une aventure sonore conceptuelle qui n'a rien de commun ni de forcé. Un tour de force musical!





Flobots – Noenemies (Flobots)

Cette formation fortement engagée et farouchement indépendante revient avec ses propos toujours aussi conscientisés et son approche cérébrale. Leur sonorité infusée d'éléments rock rappelle Linkin Park, Archive et Everlast. Le vocal diversifié retient facilement l'attention avec ne bonne dose d'attitude, mais rempli d'espoir malgré le sérieux des propos abordés. Pertinent au plus haut point.